Les TEA 1 (Technicien Entrepreneur en Agriculture) se sont rendus au GAEC la Vallée de l’Issoire à la Copecharnière le 10 octobre 2023. Le CIVAM nous a sollicité pour animer la première partie de la visite, notre thème : qu’est ce l’agriculture durable ?

Que sont les CIVAM ?

Les CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) sont des associations de développement agricole adhérentes à un réseau national. Le réseau des CIVAM valorise le partage d’expériences pour des campagnes vivantes. Ils agissent pour une agriculture plus économe et autonome, une alimentation relocalisée au cœur des territoires et des politiques agricoles, pour l’accueil de nouvelles populations et pour la préservation des ressources. Leur mission : animer et accompagner, selon les principes de l’éducation populaire, les projets collectifs et durables qui contribuent à dynamiser le tissu socio-économique rural. Ils développent des initiatives, testent de nouvelles pratiques et proposent des méthodes d’actions basées sur les échanges d’expériences, l’apprentissage entre pairs et la coopération à l’échelle locale et nationale.

Au niveau du département de la Vendée, le CIVAM comptabilise 100 adhérents et 4 animateurs. La ferme ouverte du 10 octobre concernait les BAC Pro, les BTS, les TEA… Il y avait environ 50 personnes.

Préparation de l’animation

Lors de notre inscription à cette demi-journée, Marie, animatrice au CIVAM, nous a proposé de coanimer le temps d’accueil. Nous avons commencé par effectuer des recherches personnelles sur l’agriculture durable pour ensuite construire des affiches explicatives. Chaque personne a choisi un thème à présenter « le social, l’économie et l’environnement ». Nous tenions à présenter ces différents thèmes sous forme ludique avec un « vrai ou faux ». Nos affiches étaient sous forme de questions avec la réponse et les explications au dos.

Une introduction dynamique

Après 1 heure de route, nous y sommes. Le stress commence à arriver pas si facile d’intervenir devant des personnes inconnues. Notre intervention sera l’introduction à la journée après la présentation de la ferme. Nous posons les questions et le reste des étudiant.es présent.es  y répondent sous forme de débat mouvant (à droite ceux et celles qui pensent que c’est vrai, à gauche pour faux et au centre pour une réponse mitigée). Ensuite nous partons sur le circuit et abordons les ateliers en gardant en tête cette introduction aux différents aspects de l’agriculture durable.

Ferme ouverte : atelier n°1

À la suite de notre intervention, nous avons été mélangés et séparés en 4 groupes d’une dizaine de personnes. Nous avons eu 4 grands thèmes présentés par un membre du CIVAM et un(e) agriculteur (rice), avec une durée moyenne de 20 minutes par atelier.

Le premier thème présentait le GAEC la Vallée de l’Issoire, ferme familiale avec deux frères Julien et Franck Renolleau. Le passage en Agriculture Biologique s’est effectué en 2016. Ils sont 3 UTH (dont 1 salarié), 163 ha avec 120 vaches allaitantes de race Charolaise. Ils s’organisent sur un planning annuel par rapport au système herbager et sur les semaines de vacances à poser. Les deux chefs d’exploitation travaillent 1 week-end sur 2 et le salarié travaille 1 week-end par mois. Ils ont une autonomie alimentaire, décisionnelle et une autoproduction de semences.

Ferme ouverte : atelier n°2

Le deuxième thème abordé parlait de l’agroforesterie. Cela représente plusieurs avantages comme le brise vent pour les cultures, les vaches peuvent se mettre à l’ombre. L’exploitation propose une production supplémentaire grâce aux arbres (fruits, bois de chauffage, poutre, piquets…). Les haies et les arbres créent plus d’habitations pour les insectes, les oiseaux, la biodiversité au global. L’agroforesterie sert également au stockage de carbone et à la préservation de l’eau. Nous pouvons constater également des inconvénients comme des parcelles plus petites ainsi que plus d’entretien.

Ferme ouverte : atelier n°3

Le troisième thème parlait des prairies et du pâturage. Une prairie est un mélange de graminées et de légumineuses qui peut rester en place plusieurs années. Les avantages sont un atout agronomique, un fourrage équilibré, favorable pour l’environnement et le paysage. Il y a moins de pollutions liées aux nitrates, aux pesticides et  moins d’érosion. Il y a aussi des économies en semences, en engrais et pesticides, en mécanisation et carburants et ensuite en aliments.

Ferme ouverte : atelier n°4

Le dernier thème parlait des systèmes herbagers. Nous avons pu placer sur le panneau différentes feuilles pour différencier les charges, les produits et la marge brute. Nous avons aussi pu aborder la valeur ajoutée. Nous avons ensuite comparer un exercice comptable 2021 avec le GAEC qui nous recevait, les fermes biologiques et les fermes en bovins viandes des Pays de la Loire.

Un bilan très positif

Nous avons fini cette visite par un moment convivial. On peut retirer en points positifs l’échange avec les différents groupes constitués de plusieurs établissements. Certains ont découvert le fonctionnement des prairies qui n’existent pas dans leurs exploitations ainsi que la découverte de ces demi-journées. Nous avons tout de même retenu des petits points négatifs comme des thèmes assez courts sur certains ateliers, certains ne se sont pas sentis concernés par ces techniques notamment ceux issus du marais desséché.

Côté animation, nous sommes satisfaits de cette première intervention devant un public. Nous avons pu progresser dans notre pratique et remercions vivement le CIVAM de nous avoir offert l’opportunité de coanimer l’introduction de cette demi-journée.

 

Nous tenions à remercier les adhérents du CIVAM, les agriculteurs ainsi que Julien et Franck Renolleau pour leur accueil.

La classe de TEA 1

Share This