Mettre ses sens en éveil avec les fleurs

Mettre ses sens en éveil avec les fleurs

Comment mettre ses sens en éveil avec les fleurs ? Mardi 13 Juin nous sommes allés visiter l’entreprise « Vendée Fleurs », dirigée par Monsieur Ludovic HOCBON et située à quelques encablures de notre école, au lieu dit « Les Gargouillasses », sur la commune du Gué-de-Velluire. Notre contact Gégory BOURDEAU, ancien élève de la formation « Technicien Agricole », fut notre précieux relais.

La culture des fleurs

Tout au début de l’activité de production de fleurs, du temps des Parents de Monsieur HOCBON Daniel, étaient cultivées des reines-marguerites, des fleurs séchées et des tournesols fleurs sur quelques hectares.

Aujourd’hui, la production de fleurs se fait sur une superficie de 30 hectares de cultures de plein champ et 8000 m2 de cultures sous serre.

Avec le temps les espèces se sont diversifiées et on retrouve actuellement les plantes suivantes:

  • Pivoines
  • Glaïeuls
  • Arums
  • Œillets
  • Renoncules
  • Hortensias
  • Tournesols fleurs
  • Achillées
  • Chardons
  • Etc…

Pour mettre en place ces cultures, l’exploitation dispose de peu de matériels et ceux utilisés ont pour la plupart dû être adaptés à la situation. Ainsi, ils utilisent une ancienne machine à récolter les poireaux pour les Reines-Marguerites…

La préparation et le conditionnement des fleurs

La récolte des fleurs est une activité saisonnière qui s’étale des mois de mai à octobre. Pour cela, l’entreprise recrute une dizaine de travailleurs saisonniers. Le travail est parfois pénible notamment pour la récolte des glaïeuls. Il faut donc du courage, ou tout simplement l’envie de travailler…

Toutes les fleurs cueillies au champ sont ensuite préparées dans un espace du site, puis mises en frigo avant d’être vendues.

Plusieurs étapes sont nécessaires à la préparation des bouquets et leur conditionnement avant expédition. Certaines actions sont mécanisées mais demandent tout de même de la main d’oeuvre attentive au bon déroulement du travail.

 

La commercialisation des fleurs

Chaque semaine, l’entreprise procède à l’expédition de ses fleurs. La majeur partie des clients sont des grossistes situés en région Nantaise et fréquente le marché national. Les livraisons sont faites sur Nantes par Grégory titulaire du permis poids lourd. Les bouquets sont vendus emballés ou en cartons. De plus, une partie de la production est vendue sur les marchés de la Rochelle et de l’île de Ré, ou part dans le Sud de la France en transport routier. Chaque été, des ventes sur place sont proposées aux touristes de passage en Sud-Vendée.

Steven – Maxime – Théo – Nicolas

Brin de Paille et Fleur d’O pour vos achats

Plusieurs points de vente sont tenues en ville de Fontenay-Le-Comte. Nathalie HOCBON en à la responsabilité et ses boutiques offrent à la population Sud-Vendéenne un large choix de bouquets, compositions florales et autres produits.

Nombreuses sont les occasions de prendre plaisir à offrir des fleurs !

Mettre ses sens en éveil avec les fleurs… nous avons la réponse !

Notre visite fut pleine d’émotions et de sensations. Notre odorat et notre vue ont été largement sollicités tout au long de la visite. Pour ce qui est de notre ouïe, nous pensons avoir été à l’écoute des explications fournies.

Nous remercions Monsieur Daniel HOCBON papa à la retraite de  Ludovic HOCBON (Chef d’entreprise) pour son accueil, ainsi que Grégory BOURDEAU pour la présentation de l’entreprise et des métiers. Dans un tel contexte de visite nous ne pouvons que leur « lancer des fleurs »…

Contenus de l’article écrits par les jeunes du groupe de visite de la classe de 3è.

 

 

Des machines de récolte et des hommes

Des machines de récolte et des hommes

L’entreprise Bourgoin située à Bournezeau en Vendée produit depuis plus de 60 ans des machines de récolte de végétaux. Intégrée depuis 2013 au groupe Ploeger Oxbo Group aux Pays-Bas, elle continue de fabriquer des machines de récolte de légumes et épis de maïs et  (haricots verts, petits pois, etc…).

Des machines et des hommes : Une longue histoire

Tout démarre dans les années 60. A cette époque, la culture du maïs se développe à grand pas dans le département de la Vendée et partout en France. Cette culture nouvelle requiert pour sa récolte des machines qui n’existent encore pas sur le marché. Ainsi, est arrivé le temps ou les hommes de chez Bourgoin vont fabriquer : Egreneuse, Corn-picker, corn-sceller, et autres machines automotrices de récolte de légumes.

Le groupe compte au total un peu plus de 700 personnes réparties sur 5 pays: France, Pays-Bas, Angleterre, USA, Chine. Le siège administratif se situe aux Pays-Bas. Sur le site de Bournezeau l’entreprise compte aujourd’hui 65 salariés en CDI et 20 intérimaires.

Quatre marques font partie du groupe: Bourgoin, Oxbo, Ploeger et PMC

Les principaux clients sont D’Aucy, Bonduel, Monsanto, Ardo, des ETA et quelques très grosses exploitations agricoles. Les machines sont commercialisées dans plus de 40 pays.

La vidéo suivante nous présente l’histoire de l’entreprise BOURGOIN

 

Les machines de récolte des épis de maïs

Une des grandes spécialité de l’entreprise est la fabrication de récolteurs à maïs. L’effeuillage, puis l’égrenage des épis de maïs participera à la récolte des maïs semence, du pop-corn et du maïs doux. Ces trois productions nécessitant la récolte en épis de sorte à préserver toutes les qualités des grains.

Les corn-picker sont fabriqués en 1200 h et sont équipés de pièces provenant des entreprises suivantes:

Moteurs:

  • de 100 cv : Perkings
  • de 250 à 280 cv : FPT – John-Deere -Iveco
  • de 300 à 500 cv : Scania

Cabines:

  • Avant 2013: NewHolland
  • Après 2013: Claas

Pneumatiques: Michelin

Chenilles: Claas

Carte électronique: Wurth

Boite de vitesse: Stybeul

Les machines de récolte des légumes

Outre la récolte de maïs, le groupe Bourgoin et ses hommes conçoivent et fabriquent des machines de récoltes des légumes et autres graines. Parmi ces plantes, on peu citer:

  • petits pois
  • flageolets
  • fèves
  • haricots verts
  • épinards

Nous avons pu découvrir la fabrication d’une machine de récolte des petits pois. Il faut plus de 3000 heures de montage.

Le futur des machines de récolte de légumes et épis de maïs

Le groupe auquel appartient l’entreprise Vendéenne Bourgoin produit des machines innovantes et adaptées aux récoltes de très nombreux produits cultivés sur tous les continents. Ainsi on rappellera les quatre principales marques et leur spécialité , incluant des machines de récolte de légumes et épis de maïs:

D’autres cultures peuvent être récoltées par des machines du groupe: Olive, Pomme de Terre, Citons, Baies et Café

En terme de nouvelles technologies, il est en projet d’équiper les machines de récolte de WiFi pour vérifier de visu la qualité de la récolte et ainsi permettre des réglages plus efficaces et réactifs (temps réel). L’installation de systèmes de tracking permet aussi de mesurer les rendements de façon instantané et ainsi venir en aide aux entreprises de conserverie dans leur logistique.

Le groupe a lancé un produit de type « Téragator » pour les épandages de chaux, lisier, fumier…

Vidéos du groupe

Le groupe des Apprentis en formation agricole remercie les dirigeants de l’entreprise Bourgoin de son accueil et des riches explications fournies.

Un merci tout particulier à Monsieur Jean Claude DENIS et Madame Hélène CHIRON, ainsi qu’à un de leurs collaborateurs Monsieur Didier BOISDE.

 

Découvrir et prendre plaisir en stage découverte de 4e

Découvrir et prendre plaisir en stage découverte de 4e

En classe de 4e, les jeunes ont un stage principal (18 semaines) dans lequel ils apprennent à intégrer une entreprise, à prendre ses marques puis au fur et à mesure, des initiatives, à acquérir des connaissances professionnelles sur le long terme. Afin de s’ouvrir les horizons et l’esprit, un stage découverte 4e de trois semaines est proposé courant mars. Chaque jeune a l’obligation de changer d’entreprise et/ou de domaine professionnel.

Le stage découverte 4e : trois semaines pour s’en mettre plein les yeux

Le stage découverte de 4e a le mérite d’offrir une plus grande variété de domaines professionnels que le stage principal. Ainsi, cette année, la menuiserie, le milieu équin, la charcuterie, l’école, le métier d’agent communal, la restauration, le travail en CUMA, la carrosserie, la mécanique moto et auto, la coiffure, l’agriculture, la publicité, la construction de bateaux, constituent autant de domaines investis par les jeunes.

Thomas, Ludivine, Charly, Téo, Emma et Maxence sont placés dans des situations d’accompagnement des professionnels

Revenir plus grand et se questionner au retour du stage découverte 4e

Lorsque les jeunes reviennent à la MFR après ces trois semaines de stage, ils mettent en commun leurs découvertes. Un rapport de stage les accompagne dans cette démarche qui se veut professionnalisante et nécessaire pour questionner leur orientation.

Il apparaît, chaque année, que le stage découverte a ceci de particulier qu’il apporte véritablement une occasion pour les jeunes de s’interroger sur leur projet. Certains 4e qui hésitaient encore voient parfois une voie se confirmer tandis que d’autres reviennent avec des doutes. Ce stage ne laisse pas indifférent : parce qu’il est court, les jeunes tentent de donner le meilleur d’eux-mêmes dans ce laps de temps où il faut faire ses preuves rapidement.

L’Agroécologie présentée par Jacky BERLAND au CFA MFR Puy-Sec

L’Agroécologie présentée par Jacky BERLAND au CFA MFR Puy-Sec

Les stagiaires deuxième année en formation de Technicien Agricole sous contrat de professionnalisation en visite sur l’exploitation de Jacky BERLAND. L’objet de cette rencontre sera de se faire présenter les fondamentaux de l’agroécologie vus par un professionnel expérimenté.

L’agroécologie vue par Jacky BERLAND

Depuis plus de 20 ans, Jacky BERLAND pratique l’agroécologie, autrement appelée Agriculture de Conservation des Sols. Cette pratique fut mise en avant par la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture), et actuellement cette organisation cherche à communiquer largement sur ce concept.

3 Piliers sont mis en avant:

  • l’Arrêt du travail du sol
  • La mise en place d’une couverture permanente des sols
  • Le maintien et le développement de la biodiversité végétale et animale

Le sol, en agroécologie, est placé au centre de la production agricole. Les pratiques qui en découlent s’inspirent de ce qui se passe dans la nature et cherchent à produire efficacement et durablement.

Jacky BERLAND nous dit:

« Pour mettre en oeuvre une agriculture de conservation des sols, il faut apprendre à faire avec la nature et ne jamais aller contre ».

Observations des sols et des cultures de Jacky BERLAND. Quels sont les effets de pratiques agricoles en agroécologie? La présence d’un important mulch de matière organique en surface et de nombreuses galeries de vers est un bon indicateur du fonctionnement des sols.

En pratique sur l’exploitation

La ferme de Jacky BERLAND située à proximité du bourg de Saint-Martin-de-Fraigneau est engagée en agroécologie sur une surface d’environ 76 hectares, en zone de plaine, sur des sols argilo-calcaire (25 à 35% d’argile) et de limons (15 à 20%). Les pH avoisinent 7 et les taux de Matières Organiques oscillent entre  3.5 et 6 ou 7 en groies légères.

Nous avons analysé la diversité des rotations de cultures. Deux situations sont observées :

Sur parcelles irriguées (55 ha)

Succession des cultures sur parcelles avec irrigation.

Sur parcelles sans irrigation: (21 ha)

Rotation des cultures sur surfaces non irriguées.

En agriculture de conservation des sols ou agroécologie, la présence d’un système d’irrigation sécurise la mise en place des couverts ou cultures dérobées, leur assurant une levée rapide et un bon développement, gage d’un rendement escompté sécurisé.

Présentation de l’assolement en agroécologie par Jacky BERLAND. Nous observons la grande diversité de cultures présentes sur l’exploitation.

Nous ne présentons ici que quelques aspects de notre visite du matin. Jacky BERLAND est intarissable sur le sujet de l’agroécologie et sait faire partager sa passion des sols. Nous retiendrons l’absolue nécessité d’être patient et observateur pour bien conduire un tel système. Au final, les bénéfices pouvant être retirés de telles pratiques sont de plusieurs ordres:

  • Gains financiers par la réduction des charges de toutes sortes.
  • Gains sociaux par l’optimisation du temps de travail
  • Gains environnementaux par le développement de la biodiversité

Enfin, les besoins de formation et d’expérimentations nouvelles sont au coeur d’une nouvelle dynamique innovante qui replace la connaissance des sols au coeur du métier de l’agriculteur. Aussi, Jacky BERLAND bénéficie de l’aide du travail en réseau au sein de l’APAD (Association pour la Promotion d’une Agriculture Durable).

Merci et tous nos encouragements à poursuivre et vulgariser vos pratiques.

Quelques liens utiles :

Les TA visitent un élevage de poules pondeuses œufs-Bio et étudient la filière !

Les TA visitent un élevage de poules pondeuses œufs-Bio et étudient la filière !

Cette semaine, dans le cadre du cours sur les filières agricoles, les Techniciens Agricoles ont fait la visite de l’EARL La Poule Rousse à St Hilaire des Loges. M. et Mme REAU, tous deux associés ont accueilli le groupe avec plaisir, c’était d’ailleurs une première pour eux ! L’exploitation comporte 7500 poules pondeuses d’œufs-BIO, ce qui représente une production d’environ 6400 à 7000 œufs par jour. Les poules ont le luxe de pouvoir prendre l’air sur un total de 3 ha !

logement de poules pondeuses oeufs-BIO

Batimentélevage de poules pondeuses BIO

Ces cocottes commencent à pondre vers leur 18ème semaine, et ce jusqu’à leur 72 ème semaine. Elles sont ensuite envoyées à l’abattoir ou bien revendues à des particuliers. C’est alors que le nettoyage du bâtiment se fait, soit un vide de 4 semaines.

conditionnement œufs poules pondeuses oeufs-BIO

Collecte des œufs BIO

Les œufs, quant à eux sont ramassés quotidiennement par Madame REAU, ce qui représente environ un mi-temps de travail. Ils sont ensuite envoyés chez Pampr’oeuf à Pamproux (79). En se chargeant de la logistique et de l’acheminement des œufs jusqu’au lieu de vente, PAMPR’ŒUF maîtrise la filière et assure aux consommateurs une fraîcheur maximale. (C’est plus de 700 millions d’œufs qui sont ainsi commercialisés par an).

Expédition œufs-BIO élevage poules pondeuses

Espace expédition œufs BIO

Les jeunes ont beaucoup apprécié cette visite, qui leur a permis de voir une production qu’ils ne connaissaient pas, d’apprendre de manière concrète, sur le terrain, avec des professionnel. Nous avons été très bien reçus et nous remercions M. et Mme REAU pour leur bon accueil.

 


Les CAP 1 SAPVER visitent la maison de l’Enfance de Fontenay-le-Comte

Les CAP 1 SAPVER visitent la maison de l’Enfance de Fontenay-le-Comte

Le mercredi 14 décembre 2016, les jeunes de CAP 1 SAPVER ont effectué une visite de la Maison de l’Enfance de Fontenay-le-Comte, dans le cadre du cours d’Economie Sociale et Familiale. Partis à la rencontre des divers publics et des structures qui les accueillent, les jeunes ont découvert un lieu intéressant.

La Maison de l’Enfance dispose de plusieurs structures :

UN ESPACE « MULTI-ACCUEIL »

Cet espace accueille des enfants de 4 mois à 4 ans
Ouvert pour les parents (ceux qui travaillent, sont en formation, ou ne travaillent pas)
Aujourd’hui : 26 enfants en même temps / 1 encadrant pour 6 enfants

Quelques conditions :

  • L’enfant doit avoir au moins 4 mois
  • Si l’enfant à + de 4 ans, on refuse
  • Si l’enfant est reconnu handicapé, il peut rester au « multi-accueil » jusqu’à l’âge de 5-6 ans.
  • Si l’enfant ne réside pas dans la ville de Fontenay-le-Comte, les parents doivent demander une dérogation auprès du maire.

Les différents espaces de la Maison de l’Enfance:

  • Espace activité dirigé
  • Espace non-marcheur
  • Une salle nommée « atelier » pour les activités moins propres (peinture…)
  • Les sanitaires avec apprentissage de la propreté pour emmener l’enfant vers l’autonomie. S’il y a quelque chose d’anormale chez un enfant, on le note sur un tableau. C’est une PAI : Plan d’Aide Individuel

Matériel adapté : Petits WC et lavabo adaptés à leur taille pour apprendre l’autonomie. Ex : le lavage des mains qui respecte le protocole suivant:

1) mettre les mains sous l’eau,
2) se savonner les mains et les frotter,
3) les essuyer

  • Réfectoire : repas, goûter. On passe les enfants par : groupe « les Bébés », « les Moyens » et « les Grands ». Ces noms permettent de valoriser l’enfant. au cours de son évolution, l’enfant permutera d’un groupe à un autre.
  • Cuisine avec une zone « sale » et une zone « propre »
  • Les dortoirs : différentes chambres en fonction de leur âge. Il existe différentes ouvertures pour avoir accès aux dortoirs afin de ne pas perturber les autres enfants dans leur sommeil.

Les différents groupes  de la Maison de l’Enfance :

  • « Les bébés » ont entre 4 à 15-16 mois.
  • « Les moyens » ont entre 15-16 à 22-23 mois.
  • « Les grands » ont entre 22-23 mois jusqu’à la scolarité.

Si l’enfant est assez autonome et a besoin de voir autre chose, on va l’intégrer petit-à-petit vers le groupe suivant. L’enfant va tout d’abord intégrer le groupe lorsqu’il y aura des petites activités (comptines, le goûter…). De plus, on informe la famille car les parents vont se réjouir concernant l’évolution de leur enfant et vont lui faire ressentir. Ainsi, l’enfant ne sera pas perturber lors du changement de groupe.

Découverte de la Maison de l'Enfance par les CAPA-SAPVER

Les CAPA-SAPVER en visite à la Maison de l’Enfance

Equipe « Multi-Accueil » :

  • 2 EJE dont une qui n’est pas à temps complet et une qui est la responsable du « multi accueil » à temps complet.
  • 2 auxiliaires de puériculture
  • 1 agent d’animation
  • 1 personne qui dispose du BAFA et qui vient quelquefois pour permettre aux travailleurs sociaux d’obtenir une « pause » lors des journées continues
  • 1 personne disposant le BP JEPS
  • RELAIS ASSISTANTES-MATERNELLES :
    – 2 structures (Lieu d’accueil et RAM)
    – Ouvert depuis 2000 sur Fontenay-le-Comte
    – Sans RDV, sans inscription, anonyme et gratuit
    – Lieu d’accueil enfants/parents « La Capucine »
    – Travailleurs sociaux : 3 accueillantes dont la responsable, Chantal LE COQUIL, qui est également EJE. Il faut au moins 2 accueillantes dans le lieu d’accueil.

But de ce lieu : proposer un espace de jeu, de socialisation pour les enfants puis commencer à séparer physiquement et psychiquement les parents des enfants.

Accompagner les enfants mais aussi les parents par des rencontres, des échanges et de soutien entre parents. Une personne est considérée comme étant « accompagnante » à partir de 12 ans.

C’est ce qui permet d’avoir un équilibre entre le DONNER et le RECEVOIR. Les travailleurs sociaux accompagnent les parents et les enfants. En échange, les parents emmènent des gâteaux, bonbons pour fêter des évènements notamment pour le 1er anniversaire de leur enfant, donc ce lieu d’accueil n’est pas totalement gratuit.

  • RAM :

Chantal LE COQUIL est la directrice de cette structure. Elle est également animatrice.

Différents services existent :
– 1 service pour les assistantes maternelles
– 1 service pour les enfants
– 1 service pour les parents

Le partenariat :

Avec les AM concernant les places d’accueil disponibles pour la garde des enfants, contrat de travail avec les parents, des informations diverses …

Avec les parents : renseignements sur le mode de garde, les tarifs, la résiliation d’un contrat …

LA LUDOTHEQUE

Elle existe depuis 1982 sur Fontenay-le-Comte.

Jusqu’en 1990, c’était une association tenue par des bénévoles. Elle est devenue ludothèque municipale en 2003.

Actuellement, la ludothèque détient 2600 jeux et jouets. Une fois, le jeu ou le jouet ramené, la ludothécaire doit vérifier si le jeu est complet et doit y nettoyer toutes les pièces.

L’emprunt d’un jeu ne doit pas dépasser 15 jours. Pour en emprunter un, il faut être adhérent. Le coût de l’inscription est de 6,50€.

Aujourd’hui, il y a 600 adhérents pour 4000 prêts à l’année.

Les jeunes ont apprécié cette visite. Nous remercions Mme Plaire, adjointe à la mairie de Fontenay-le-Comte, de nous avoir accueillis. Nous remercions également le personnel de la structure pour l’accueil et le temps qui nous fut accordé.

Isaõra Quatter, stagiaire de la MFR Puy-Sec
Lucie GANTIER, monitrice

 


ef4686643113d993f6236e18da3401c8'''''''