Après un lever difficile pour certains, le groupe prend le petit déjeuner. Ce matin c’est la séparation, en effet Emilie, Babeth les CAPA SAPVERE partent visiter un centre pour personne âgées. Les CAPA MA et Laurent, les 3ème et Sébastien, eux restent sur Gijón pour la visite du port de pêche et surtout  le stade de football.

Retrouvailles pour le déjeuner à l’hôtel à 13h30.

Gijón/Xixón : moderne et cosmopolite

Cet après-midi sera consacré à la découverte de la ville de Gijón pour aussi faire quelques achats souvenirs autour de Plaza del Ayuntamiento. Nous passerons par le quartier pittoresque de Cimavilla, irons voir la plage très prisée de San Lorenzo et son mur ainsi que le paséo jusqu’à El Rinconín, la Laboral – Ciudad de la Cultura (Cité de la Culture). Nous terminerons par la visite du jardin botanique Atlántico et la Thalasso.

Gijón est une ville côtière qui compte environ 300 000 habitants. La ville couvre une vaste étendue qui se situe entre zéro et environ 500 m au-dessus du niveau de la mer. Il jouit d’un climat chaud en été et plus doux en hiver avec quelques pluies.

Les recherches ont démontré que cette partie de la province aurait été habitée depuis plus de 2500 ans. Le nom de la ville proviendrait ainsi de la principale activité qui s’y déroulait : la chaudronnerie et pratiquée par des «cilúrnigos». Les Romains s’y installèrent par la suite et transformèrent le lieu en une véritable cité à la romaine. Gijón allait ainsi prendre une nouvelle dimension grâce à sa situation géographique sur la côte. Elle constituait un point de passage obligé pour rejoindre la Gaule et contribuait aussi à entretenir la communication entre l’Espagne du Sud et du Nord. Son importance dans les premiers siècles fut telle que des fortifications vinrent bientôt sécuriser la ville.
Dans les siècles qui suivirent, Gijón continua à se développer grâce au commerce et malgré les périodes sombres et violentes. Au 14 ème siècle, la ville est détruite mais sera reconstruite au 16 ème. Plus tard, les hommes de Napoléon allaient occuper la ville malgré une révolte qui força le consul français à prendre la fuite.
Mais vers le milieu du XIXe siècle, le chemin de fer et le développement du réseau routier contribuèrent à la renaissance de la ville avec comme point d’orgue l’essor des activités portuaires. De nos jours, l’économie de la ville repose grandement sur le tourisme, les services, la métallurgie, la pêche et l’élevage.

Gijón et ses cidrerie

En fin de journée, nous avons rendez-vous dans une cidrerie et surtout apprendre sa façon de le verser et ce accompagné d’un joueur de cornemuse en habit traditionnel.

Le soir, après un dîner, les jeunes se reposent et commence à se préparer pour le départ.

eget consequat. ut fringilla dolor mattis velit, risus. at amet,
Share This