Notre Sud-Vendée figure parmi les régions de France qui produisent beaucoup de semences végétales. Parmi elles sont principalement produites les cultures de maïs, tournesol, colza et luzerne. Cette semaine l’occasion était donnée, à la classe de Techniciens Agricoles, de visiter les installations de production de semences de la principale coopérative vendéenne: La CAVAC.

Les espèces végétales mises en semences

L’usine de semences située à Mouilleron-Le-Captif en Vendée, s’étend sur 10 hectares pour une surface bâtie d’environ 5 hectares.

situation usine semences CAVAC

itinéraire Puy-Sec / CAVAC semences

Deux activités cohabitent sur le site:

  • La production de légumes secs alimentaires: Mogettes, lentilles…
  • La production de semences

Ces derniers légumes sont séchés et conditionnés avant d’être livrés, pour moitié, dans les circuits de commercialisation traditionnels et pour l’autre moitié vers les IAA (Industries Agro-Alimentaires), pour être transformée en plats préparés. 15 personnes travaillent dans cette unité de production. Notons que la demande en produit Bio est en forte croissance.

La première activité du site, reste la production de semences végétales. Ainsi, près de 35000 tonnes seront travaillées chaque année. Parmi les espèces produites sur les 8000 hectares mis en contrat, nous pouvons vous en présenter une liste non exhaustive:

  • Toutes céréales à paille: Blé tendre – Blé dur – Orges…
  • Maïs
  • Colza
  • Tournesol
  • Pois protéagineux
  • Petits pois de conso
  • Toutes graminées fourragères: Ray-grass – Fétuques – Dactyle – Brôme…
  • Luzerne
  • Trèfles

Précisons que la Coopérative à racheter il y a quelques temps les locaux de l’entreprise « Leduc-Lubot » de Fontenay-Le-Comte et y produit essentiellement de la luzerne, du pois, des vesces et des trèfles.

Concernant la zone de production des semences produites par les adhérents de la CAVAC, elle se trouve principalement sur le département de la Vendée et en particulier autour du site du CFA MFR de Puy-Sec dans le sud du département. Néanmoins, une zone autour de la Roche-Sur-Yon est productrice de céréales à paille. Enfin, quelques surfaces sont implantées dans les départements limitrophes (Charente-Maritime et Deux-Sèvres).

Les contrats sont passés avec les agriculteurs multiplicateurs. Concernant ces derniers, ils sont choisis en fonction de leurs compétences en matières de suivi de cultures, des terres dont ils disposent et de leur potentiel, des possibilités de rotation et des équipements à disposition pour sécuriser la production (irrigation…).

Tous les produits de récolte arrivent sur le site sitôt récoltés, Parfois, les céréales sont stockées, quelques semaines, chez les producteurs qui disposent d’installations adaptées.

Le leitmotiv de la CAVAC étant:

La graine est vivante, il faut en prendre soin tout au long de son parcours…

Pour réaliser tout ce travail, l’usine emploie 25 salariés à plein temps et double cet effectif lors de la période estivale. Au moment de la récolte en épis du maïs, une quarantaine de personnes supplémentaires est affectée à l’usine, Ainsi, près de 100 personnes occupent le site à cette période.

Semences de maïs produites par la CAVAC

En raison de la période, notre visite ne nous à permis de voir que la filière Maïs. Nous avons suivi le parcours des épis arrivant sur le site et terminant en sacs ou doses.

La première étape consiste à sécher à froid les bennes de récoltes. Ensuite, il est procédé à l’effeuillage et au triage des épis, avant un nouveau séchage.

La seconde étape conduit les opérateurs de l’usine à pratiquer l’égrenage puis le nettoyage et calibrage (tri des semences). A cet occasion, comme le montre la vidéo suivante, nous avons pu voir la table densimétrique au travail. Précisons que les procédés de triage varient suivant les espèces et que nous avons pu observer les différentes grilles utilisées. Ainsi, le tri peut se faire sur l’épaisseur, la longueur, le diamètre et la densité des graines de chaque espèces.

Nous sommes enfin allés à l’imprimerie des sacs et au laboratoire d’analyse. Dans chaque espace, nous avons eu des explications fournies par les responsables des lieux et nous les en remercions.

Nous remercions surtout Monsieur Mathieu TALON, co-responsable de l’usine de production de semences de la CAVAC. Il nous a parfaitement expliqué les process de séchage, triage, calibrage, conditionnement et analyses des semences. Nos futurs agriculteurs sont prêts à devenir producteurs multiplicateurs !

pulvinar lectus odio id in ultricies nunc eget Aenean vel, Sed
Share This